Loader

Conférence : Jean-François Fourcade : La peine de mort au fil du temps

  • Le Grand Tourmalet - La Mongie
  • Augmenter la taille du texte
  • Diminuer la taille du texte
  • Imprimer
0-Musee-Larrey-Beaudean-2.jpg

Le 09/02/2019
Associative ou civique - Culturelle - Animation locale - Conférence

Sur la carte

Conférence : Jean-François Fourcade : La peine de mort au fil du temps

11 rue Dominique Larrey
65200 BEAUDEAN

musee.larrey@orange.fr http://musee.larrey.beaudean.a3w.fr/

05 62 91 68 96

Horaires

 - à 15:00

Situation

à la salle Dominique Larrey

Tarifs

  • Tarif de base : à partir de 5 € - 4€ pour les adhérents

Descriptif

De mémoire d’historiens, l’homme a toujours eu la notion du bien et du mal, même en l’absence de toute codification et a toujours entendu réprimer les comportements qui n’étaient pas conformes à la morale, aux usages, aux règles non écrites et, plus tard, aux règles écrites.

L’imagination des hommes était particulièrement fertile pour trouver, pour chaque crime et délit, un châtiment adapté. Parmi ces châtiments, la peine de mort a toujours existé pour ceux qui avaient gravement enfreint les interdits. La peine capitale, dans les temps les plus reculés, était prononcée par le souverain qui avait tout pouvoir, même s’il déléguait le plus souvent ses pouvoirs à des juges locaux. En fonction des époques, les délits et les crimes punissables de la mort ont varié. Mais dans chaque cas, il était tenu compte du rang social de l’accusé, de la victime et, bien entendu de la gravité des faits. Depuis 1750 avant J.C. et jusqu’au droit romain, les peines prononcées devaient correspondre très exactement à la gravité de l’acte commis. C’était la loi du talion ; une façon de rendre une justice équitable puisque l’accusé était condamné à la même peine que celle qu’il avait causée. En France, il faudra attendre la Révolution française pour que la méthode d’exécution de la peine capitale soit unique, quel que soit le crime commis : la guillotine. Il était mis un terme aux méthodes barbares en cours au Moyen Age et sous l’Ancien Régime : la roue, l’écartèlement, le billot, le feu ou la pendaison sans trappe. Il faudra attendre la loi Badinter d’octobre 1981 pour que la France renonce à la peine de mort et que la guillotine soit rangée dans un musée.

Maître Jean-François Fourcade exposera depuis le Code de Hammourabi jusqu’en 1981, les comportements justifiant le prononcé de la peine de mort, les modes d’exécution au fil des siècles et présentera les condamnés à mort les plus connus en France, leur attitude face à la guillotine et, pour certains, leur dernière parole restée célèbre. Enfin, il sera fait un rapide inventaire des pays qui, dans le monde, ont encore recours à ce mode de châtiment.

Les conférences se tiendront, dans la Salle Larrey, à deux pas du musée. Elles sont ouvertes à tous, adhérents et non adhérents.
Tarif : 5 euros - 4 euros pour les adhérents de l’UTL-TB